Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Sur quoi, les deux amis se découvrirent et l’embrassade commença. Cependant notre fils Holopoupenko, sans perdre de temps, se hâta de couper court à cette démonstration.

— Eh bien ! Solopi, comme tu le vois, moi et ta fille nous nous aimons au point de passer l’éternité ensemble.

— Eh bien ! Paraska, fit Tcherevik en s’adressant avec un sourire à sa fille, — peut-être, en effet… pour que déjà… comme on dit… ensemble… afin qu’on paisse la même herbe. Eh bien ! tapons là, et allons, beau fils frais élu, arroser le contrat !

Et tous les trois se trouvèrent bientôt réunis dans une dernière buvette, sous la tente, chez la Juive, au milieu de tout une flotte de bouteilles et de flacons de toutes façons et de toutes tailles.

— Eh ! le luron ! Pour cela je t’aime, disait Tcherevik, quelque peu éméché, en voyant la façon dont son beau fils frais élu se versait près d’un demi-litre d’eau-de-vie, l’avalait d’un trait sans sourciller et brisait sur la table le vase vide. Qu’en dis-tu ? Paraska. Quel