Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les pampouchetchki et tous les galouchetchki

— Je ne sais réellement plus ce que je pourrais vous offrir encore, Aphanasi Ivanovitch, répondit la belle obèse en feignant de ne pas comprendre.

— Mais votre amour ! mon incomparable Khavronia Nikiforovna, murmura le popovitch, tenant d’une main un varenik et, de l’autre, enlaçant la large taille de la matrone.

— Dieu sait ce que vous imaginez ! Aphanasi Ivanovitch, dit Khidria en baissant pudiquement les yeux, vous allez peut-être encore entreprendre de m’embrasser !

— Quant à cela, je vous dirai, en ce qui me concerne, reprit le popovitch, qu’au temps pour ainsi dire où j’étais au séminaire je me souviens encore comme aujourd’hui…

À ce moment, des aboiements se firent entendre dans la cour et des coups furent frappés à la porte cochère.

Khivria sortit précipitamment et rentra toute pale.

— Allons ! Aphanasi Ivanovitch, nous sommes pris ! Un tas de gens frappent à la porte