Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’autre tzigane, en maugréant, se leva sur ses jambes, fit jaillir à doux reprises une étincelle qui passa sur lui comme un éclair, et, après avoir soufflé sur l’amadou, se mit en marche, un kaganetz[1] à la main.

— Halte ! il y a quelque chose à terre ; éclaire par ici.

D’autres personnes s’étaient jointes à eux.

— Qu’est-ce, Vlas ?

— On dirait deux hommes ; l’un dessus et l’autre dessous. Lequel des deux est le diable ? c’est ce que je ne puis pas reconnaître.

— Et qui est dessus ?

— Une baba (femme).

— Alors, c’est ça qui est le diable.

Un éclat de rire général réveilla toute la rue.

— Une baba grimpée sur un homme ! Allons, cette baba doit s’entendre en monture ! disait quelqu’un dans la foule.

— Regardez, frères ! — fit un autre en ramassant un fragment du pot de fer dont

  1. Lampion usité dans la Petite Russie et composé d’un morceau de poterie garnie de graisse de mouton à l’intérieur. (Note de l’auteur.)