Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une moitié seulement restait sur la tête de Tcheverik, — de quel bonnet ce brave homme s’est coiffé !

Le bruit et les rires qui augmentaient, finirent par rappeler à la vie nos deux morts, Solopi et son épouse, pleins encore de la frayeur passée et regardant avec terreur, de leurs yeux fixes, les visages basanés des tziganes. À la lumière fausse et tremblante des kaganetz, ceux-ci ressemblaient à une bande hideuse de gnomes enveloppés d’une pesante vapeur souterraine dans les ténèbres d’une nuit sans réveil.