Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


foire, je me sentais un poids comme si quelqu’un m’avait jeté sur les épaules une vache crevée. Et les bœufs qui, d’eux-mêmes, se sont par deux fois retournés vers la maison ! Sans compter, si je me souviens bien, que c’est un lundi que nous nous sommes mis en route. De là, tout le mal…… Et ce maudit diable qui ne veut pas se tenir tranquille ! Qu’est-ce que ça peut lui faire de porter une svitka qui n’a qu’une manche ! mais non. Il ne veut pas laisser la paix aux honnêtes gens. Si j’étais un diable, moi, par exemple (ce dont Dieu me garde !) est-ce que je me démènerais la nuit à la recherche d’un maudit chiffon !

Ici le monologue de notre Tcherevik fut interrompu par une voix grave et criarde. Le tzigane de haute taille était devant lui.

— Qu’est-ce que tu vends ? mon brave.

Le vendeur eut un silence. Il examina son interlocuteur des pieds à la tête et dit d’un air tranquille, sans s’arrêter et sans lâcher la bride :

— Tu sais bien toi-même ce que je vends.