Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


retourna vers Hanna, en montrant du doigt une maison. — Regarde de ce côté, là-bas, un peu au-delà de la maison, la berge la plus élevée de l’étang, c’est de cette berge que la jeune fille se précipita dans l’eau, et, depuis, elle n’est plus de ce monde.

— Et la sorcière ? interrompit anxieusement Hanna, en fixant sur le jeune homme ses yeux pleins de larmes.

— La sorcière ? Les vieilles femmes prétendent que depuis lors, toutes les noyées sortent de l’étang par les nuits claires et viennent dans le jardin du sotnik se chauffer aux rayons de la lune. Et la jeune fille mène le funèbre cortège. Une nuit, elle aperçut sa marâtre auprès de l’étang ; elle tomba sur elle et l’entraîna avec des cris dans l’eau ; mais la sorcière lui joua un dernier tour. Elle se transforma sous l’eau en une des noyées et elle put ainsi échapper à la volée des roseaux verts que les noyées voulaient lui administrer. Les babas, en content encore bien d’autres !

« Elles rapportent, par exemple, que la jeune fille réunit chaque nuit les noyées qu’elle