Page:Goncourt - Journal, t5, 1891.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Bellemare qui refusait de signer, et auquel un signataire disait :

« Mais c’est du roman que vous faites là !

— Qui sait, si ce ne sera pas de l’histoire, dans quelque temps ! » riposta le général.

Vendredi 24 mai. — Nombre de choses à Paris coûtent cher à l’inconnu, à l’anonyme, coûtent bon marché au monsieur notoire, à l’homme connu. Un membre du Jockey-club peut offrir un louis à une lorette en renom, et le duc de Larochefoucault, trois cents francs, par an, à un domestique. Le curieux c’est que la fille et le domestique, s’il acceptent, font une bonne affaire.

Samedi 25 mai. — Toutes les aristocraties sont destinées à disparaître. L’aristocratie du talent est en train d’être tuée par le petit journal, qui dispose de la gloire, et n’en débite que pour les siens. Il organise dans la République des lettres, une espèce de démocratie, où les premiers rôles seront exclusivement tenus par des reporters ou des cuisiniers de journaux : les seuls littérateurs que connaîtra la France, dans cinquante ans.

Un seul grand artiste à l’Exposition, un seul : Carpeaux. La meilleure définition que l’on pourrait