Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 169 —

part [1], qui durroit de terre ainsi loing et passeroit tout [2] parmi le coing de l’ombre, tous jourz par en mi ; la lune [F° 101 c], qui va par illuec de ça ou de la chascun mois, passe aucune foiz parmi. Et adonques chiet ele dedenz l’ombre qui de toutes parz li encombre a venir la clarté du soleill [3] qui a li ne puet avenir. Et que plus est endroit la lingne, de tant [4] decline plus sa clarté.

Ausi voit l’en aucune foiz la lune, el milieu de son mois, anoientir [5] quant ele est plus plainne, et oscurrir [6] toute sa clarté dedenz une [F° 101 d] nuit, et reprendre ; que vous pouez ci entendre [7] :

Fig. 26.
Fig. 26.
  1. — A, B : par d’autre part, cf. note p. 68.
  2. — B : touz.
  3. — B : souleill.
  4. — B : tannt.
  5. — B : anuitier.
  6. — B : oscurcist.
  7. — G : entendre par ceste figure.


iv [a].
De l’eclipse [1] du souleill.

Du soleill qui pert sa clarté aucune foiz de jourz et el milieu du jourz [2], et vait ausi comme a declin, que

  1. — B : eclypse.
  2. — B : jour.
  1. [F° 101 d103 b= Vers 4587-4657.] La matière de ce chapitre se trouve dans les ouvrages suivants : Philosophia Mundi II. 30. Sydrach Add. 149 S. 147.