Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 59 —

mes, des merveilles que Virgiles fist par astronomie. Li douziesmes est [1] pour quoi et comment monnoie fu establie. Li treziesmes, des [2] philosophes qui cerchierent le monde pour aprendre. [F° 3 c] Li quatorziesmes est de philosophie, et de la reponse Platon [3]. Li quinziesmes, combien la terre a de lonc environ, et d’espés par mi. Li seziesmes, combien la lune et li solaus [4] contiennent de grant et de haut, chascun [5] en droit soi. Li diseseptiesmes, de [6] la grandeur et de la [7] hautesce des estoiles. Li diseoictiesmes [8], del nombre des estoiles et des ymages que eles forment en eles el ciel. Li disenueviesmes [9] [F° 3 d] de la grandeur du firmament et du ciel qui est desus. Li vintiesmes, du ciel cristalin et du ciel empiré. Li vinteuniesmes, du celestiel paradis et de son estre. Li vintedeusiesmes, c’est li darreains. Si i [10] est li recors, ou la recapitulations des choses devant dites est.

Ci commence l’ymage du monde.

Qui bien veult savoir et en-[F° 4 a] tendre cest livre pour savoir et pour aprandre [11] comment il doit vivre et soi contenir en cest sicle [12] [* 1], dont il vaudra mieulz [13] touz les jours de sa vie, si lise tout premierement et tout ordenéement, si qu’il ne lise riens avant, devant ce qu’il entendra bien ce qui est devant. Et ainsi porra il savoir et entendre cest livre.

Ore donques, qui veult entendre a cest commandement, il porra aprandre [14] en cest li-[F° 4 b]vre grant partie de la faiture du monde, et comment il fu faiz par nature de Dieu et acompliz, et pour quoi il fu establiz ; dont il nous fist si trés grant bonté, li douz sires, que nous n’eüssiens [15] riens esté [16] neant plus que ce qui onques ne fu.

Si prions au commencement de cest livre a Dieu le pere tout poissant [17] que il [18] nous doint entendre tel bien et tel science aprendre et retenir qui nous maint et conduie en paradis, [F° 4 c] la ou il est, et que nous en puissons [19] conquerre s’amour et sa grâce.

Si commencerons tout avant [20] du glorieus Dieu souverain et de sa puissance [21].

  1. — A : Li onziesmes, pour quoi...
  2. — B : li treiziesmes est des...
  3. — A : Pilaton.
  4. — B : soleil
  5. — B : chascune.
  6. — B : ...est de.
  7. — B : la manque.
  8. — B : diseoctiesmes.
  9. — B : disenueivesmes.
  10. — B : i manque.
  11. — B : aprendre.
  12. — B : siecle.
  13. — B : miex.
  14. — B : aprendre.
  15. — B : n’eüssons.
  16. — B : esté manque.
  17. — B : puissant.
  18. — A : quel il.
  19. — B : empuissons.
  20. — A : commencerons ront avant.
  21. — B : poissance.
  1. * La forme graphique i pour ie est fréquente en anglo-normand et autres ; Stimming en donne de nombreux exemples : Bœve de Haumtone (Halle a/S 1899), p. 202 : pice ; milz ; li (lætum) ; grivement ; de même Suchier, Altfranz. Gram. (Halle a/S 1893). p. 47 : pechith ; Vie de saint Auban (Halle 1876), p. 47 : fichi, etc. ; Lais de Marie de France (Halle a/S, 1900) p. 62 : pice, sentir. — Le scribe de A écrit « matire » f° 26 D, passim ; « eslivent » f° 89 B.