Page:Gourmont - Sixtine, 1923.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


II.— MADAME DU BOYS


« … Quid agunt in corpore casto
Cerussa et minium, centumque venena colorum ?
Mentis honor morumque decus sunt vincula sancti
Conjugii…

Claudius Marius Victor, De perversis suæ ætatis moribus.


Peu de jours après Sixtine, Hubert avait quitté Rabodanges. Le vert éternel des prés pleins de bœufs à la longue le contristait et, malgré l’ingéniosité de la comtesse, privé de la jeune femme qui l’intriguait à l’extrême, le château lui parut d’une viduité funèbre.

Il n’exécuta même pas son projet d’aller visiter la trappe de Mortagne, reprit le train où il l’avait laissé, rentra à Paris, un soir, dans un état de réelle satisfaction.

Paris, ce n’était pour lui, ni la rue, ni le boulevard, ni le théâtre ; Paris, pour Entragues, était confiné dans les bornes assez étroites du « cabinet d’étude », peuplé des bons fantômes de son imagination. Là, s’agitaient obscurément des êtres tristes et vagues, pensifs et informes, qui imploraient l’existence. Entragues vivait avec eux dans une familiarité presque inquiétante. Il les voyait, les entendait, se transportait avec eux dans le milieu nécessaire à leur activité,