Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des fleurs que la pluie va ternir ou qui vont s’effeuiller au vent.

MOI

Épicure, Épicure !

LUI

Oui, je veux que tu sois un nouvel Épicure et que tu redises aux hommes d’aujourd’hui ce que mon ami enseignait jadis aux Athéniens. Des apôtres ont parlé en mon nom, qui ont réussi à répandre sur la terre une doctrine de désespoir. Ils ont enseigné le mépris de tout ce qui est humain, de tout ce qui est souriant, de tout ce qui est lumineux. Inaptes aux plaisirs naturels, ils ont cherché le plaisir dans leur propre douleur et dans la douleur où ils plongeaient leurs frères. Ils ont appelé la terre une vallée de larmes, mais