Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parlé et je ne crois plus qu’en vous, en vous seul.

LUI

Choisis. Il est encore temps. Choisis.

MOI

J’ai choisi.

Au même instant, toutes délices s’évanouirent et je me sentis malade, de ce mal accablant qui suit les nuits de débauche. Rien n’avait changé autour de moi, cependant, et j’étais debout parmi les mêmes marbres, mais glacés, et qui me faisaient presque honte et presque peur. J’entendais dans la salle voisine les rires des jeunes femmes, mais ils me semblaient venir d’un troupeau de filles. Mon maître, toujours assis là, me regardait, mais avec des yeux où je croyais voir je ne sais