Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




gauche en entrant, et de trois pièces en enfilade, le long de la rue. Nous ouvrîmes encore trois portes. La dernière nous laissa voir le spectacle dont j’ai parlé.

La mort était récente. Le corps était froid, mais non glacé, et les doigts de la main droite, qui pendait le long du fauteuil, étaient encore souples. Plus tard le médecin déclara qu’au moment de ma venue la mort devait remonter à environ douze heures.

Deux jeunes employés, deux frères, qui habitaient une chambre voisine, rentrèrent à ce moment. Nous envoyâmes l’un d’eux quérir la loi, et l’autre resta près de moi, pendant que la concierge regagnait sa loge.

En attendant les constatations officielles, j’inventoriai de l’œil la chambre de mon ami. Son aspect me parut singulier. Le lit, un