Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gardé quelque illusion intellectuelle. Ils ont une piété probe et raisonneuse. Les miracles anciennement décrits leur semblent prouvés par leur antiquité même. Ils savent que j’ai marché sur l’eau, un soir de tempête, mais s’ils avaient vu les verrières de leur église embrasées de lumières, en auraient-ils cru leurs yeux ? Tu as vu, tu as cru et tu es venu, mon ami. Cette lumière brillait pour toi seul.

MOI

Ô mon ami !

LUI

Pour parler aux hommes, il me faut l’intermédiaire d’un homme, et je t’ai choisi, je t’ai fait signe. Tu n’étais pas obligé de répondre. Mon pouvoir n’est pas tel qu’il force les volontés. Je puis séduire, je ne puis pas commander.