Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mes ont toujours fait semblant d’ignorer. Quand tu les auras entendues de ma bouche, tu auras reçu en même temps le courage de les redire, et cela te vaudra une gloire éternelle, une gloire qui durera autant que la terre elle-même, peut-être autant que la civilisation dont tu fais partie.

MOI

N’est-il pas une autre éternité, une vraie éternité ?

Mon maître, car je sentais maintenant que cet ami ancien était mon maître encore plus que mon ami, mon maître voulut bien sourire en me regardant avec une tendre ironie, mais il ne répondit pas à ma question.