Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


silence éternel des intelligences désabusées. Il donne encore des conseils, lui seul pourrait expliquer certaines évolutions humaines, mais l’indifférence des vieillards a desséché son cœur. Il n’a jamais beaucoup aimé les hommes, il s’est détourné d’eux entièrement. Moi, au contraire, je les aime…

MOI

Seigneur…

Je me levais, et c’était pour tomber à genoux. D’un geste, il apaisa mon émotion.

LUI

Pourquoi Seigneur ? Je ne suis pas votre seigneur. Ecoutez-moi et rassurez-vous. Voyez ces jeunes beautés, comme elles sont quiètes et souriantes. Elles jouent avec les fleurs, elles