Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous étions l’un en face de l’autre, deux de nos compagnes assises ensemble d’un même côté, la petite de l’autre, occupée à assembler selon leurs nuances toutes sortes de fleurs qu’elle avait cueillies au cours de la promenade.

LUI

Mon père… Vous parliez de mon père. J’ai peur que vous ne vous soyez fait de lui une idée exagérée. Il était, n’est-ce pas ? très puissant, assez intelligent, équitable, mais, avouez-le, il n’était pas bon…

MOI

Vous en parlez comme s’il n’était plus ?

LUI

Il n’est pas mort, mais il est vieux. Les dieux finissent par vieillir. Il s’est retiré dans le