Page:Grave - L’Anarchie, son but, ses moyens.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Chapitre XIV - L'initiative individuelle


Théorie et pratique — Les outranciers de l'anarchie — Initiative et groupement — Vieux jeu — A théorie nouvelle, tactique nouvelle — Napoléon 1er et l'Espagne — La force de l'initiative — Le Mexique et Napoléon III — La prise de la Bastille — L'absence de chefs — La marche des femmes sur Versailles et Maillard — Le 10 août 1792 — Spontanéité des faits révolutionnaires — Le siège et la Commune de 1871 — Battus faute d'initiative — La malfaisance de la croyance aux chefs — Clairvoyance et manque d'initiative de la foule — Initiative et coordination — L'internationalisme — Identité de souffrances de tous les peuples — La misère est le fait de la richesse en produits — Maladresse des gouvernants bourgeois — La révolution est maintenant — L'exemple

Agir par soi-même, ne pas s'inféoder à tel individu, à tel groupement ; agir comme l'on pense, comme l'on sent, sans s'occuper des criailleries ou des anathèmes, voilà ce qui, théoriquement, s'est fait jour dans les conceptions anarchistes.

«Théoriquement,» car il s'en faut que, dans la pratique, on ne soit absolument débarrassé des