Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Non, fit Mab, il m’a promis hier soir de venir voir traire les vaches avec moi, je l’emmène.

Nono s'était lestement levé, avait passé sa culotte, s'habillant en un clin d‘œil. — Les garçons avaient mis bas couvertures et draps, remué les matelas et fait le lit, pendant que les petites filles époussetaient, balayaient et rangeaient partout.

Quand ce fut fini, les enfants l’entraînèrent à une des pièces du sous-sol, organisée en salle de bains. Deux grandes piscines tenaient la plus grande partie de la pièce. Dans l’une de l’eau fraîche, dans l’autre de l’eau tiède pour les frileux. Autour de la salle, des appareils pour toutes sortes de douches. Se déshabiller, et se jeter à l’eau fut l’affaire d'un instant pour toute la bande espiègle.

Puis lorsqu’on se fut séché, l’on passa dans une autre grande pièce qui servait de salle à manger où les enfants étaient en train de déjeuner : avalant qui du lait chaud, d’autres du chocolat, d’autres du café. Biquette, qui avait