Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VII


LE TRAVAIL À AUTONOMIE


Il faisait grand jour, le lendemain, quand Nono fut éveillé par une bande de ses camarades qui avaient envahi sa chambrette.

— Hou ! le paresseux, fit Mab, en lui faisant les cornes, le paresseux qui dort encore et le soleil qui l’aveugle. Hou ! hou !

— Allons ! lève-toi, fit Hans, nous venons te chercher pour aller jardiner.