Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais cherchant plutôt à s‘attirer les questions des enfants que de leur farcir la tête d’idées que, la plupart du temps, ils ne comprennent pas.

Lorsque tout le monde fut assis, Liberta demanda aux écoliers ce qu’il fallait mettre à l'étude ?

— Racontez-nous l’histoire de l’imprimerie, crièrent quelques voix.

— Non, faites-nous de l’astronomie, firent quelques autres.

— Oh ! non, expliquez-nous la formation de la terre.

— La géographie, c’est plus amusant.

— On en a fait hier, protestèrent quelques autres voix.

— Eh bien ! des problèmes, fit tout un groupe de garçons de dix à douze ans.

— Tout ce que vous voudrez, fit Liberta en souriant, mais il faudrait pourtant vous entendre. Par quoi commençons-nous ?

— Que l’on commence par les problèmes si l’on veut, fit un autre groupe, mais que