Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avait, de plus, une musette, son bidon, et un gobelet pendu à son côté.

Lorsque tout le monde fut prêt, on se mit en route, dès le matin, avant que le soleil, trop chaud, ne rendît la marche trop fatigante.

Initiativa, autre bon génie de Autonomie, sœur de Liberta et de Solidaria, conduisait la colonne.

Les enfants marchaient en babillant entre eux, ou en chantant des ballades que Harmomia, fille de Solidaria, avait composées à leur intention.

Ce ne fut que lorsqu’on eut atteint les sentiers moins connus, que l’on commença à s’occuper de découvrir quelques espèces moins communes devant servir de base à la leçon de la halte. Chacun partit à la découverte, le long du sentier, sous les taillis, ayant soin seulement de marcher dans la direction de la halte.

Pour sa part Nono découvrit de superbes fleurs en forme de vase au col allongé. Il courut, tout essoufflé, montrer sa trouvaille à