Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fécondée, ces poils qui laissent bien entrer les mouches, les empêchent de sortir. Les mouches en se débattant, laissent tomber sur les stigmates de la fleur, le pollen qu’elles ont apporté du dehors. Aussitôt que la fleur est fécondée, les poils tombent et laissent échapper les prisonnières ; mais, auparavant, les anthères se sont ouvertes, ont laissé échapper le pollen qu’elles contiennent, et les mouches vont le porter sur d'autres plantes.

Et il leur montra une autre fleur plus avancée, où en effet, les poils de l’intérieur étaient tombés.

Ce Botanicus était un être original qui, depuis peu, habitait Autonomie. Il connaissait toute l’histoire naturelle par cœur ; à première vue, il pouvait dire le nom, la famille, le genre, l’espèce, l’habitat, l’époque de la floraison, si c’était une plante ; de la ponte, si c’était un insecte. C’était un vrai dictionnaire ambulant.

Mais, en dehors de son histoire naturelle, il était d'une naïveté phénoménale. Maladroit de ses doigts, il était incapable de tout travail