Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


manuel. Lorsqu’il voulait aider les autres habitants de la colonie, c’était rare qu'il ne lui arrivât pas quelque accident. S’il voulait, par exemple, aider à mettre le couvert, on était sûr de le voir mettre en pièces une pile d’assiettes, ou renverser sur la nappe un ou deux pots de lait.

Dans les débuts, les enfants avaient essayé de lui faire comprendre qu’ils auraient plus vite fait sans lui ; mais Botanicus, qui voulait absolument se rendre utile, persistait à vouloir venir en aide chaque fois qu’un travail se présentait ; de sorte que les Autonomiens en avaient pris leur parti, s’ingéniant seulement à prévenir les accidents lorsqu’ils les voyaient près de se produire.

Avant de venir à Autonomie, il occupait une place de professeur de physiologie végétale dans un laboratoire de Paris. S'il avait eu la moindre parcelle d’ambition, un peu de souplesse d’échine, su flatter les hommes au pouvoir, et possédé un peu plus d‘aptitude pour donner des entorses aux vérités et aux rappro-