Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les provisions déballées, on leur fit honneur, car les promeneurs avaient amassé de l’appétit. Puis, lorsqu’il fut un peu calmé, les enfants heureux et exubérants accablèrent Solidaria, Botanicus, Initiativa, de questions et de demandes sur toutes sortes de choses.

Botanicus, pour sa part, avait fort à faire de répondre à tous, sur le nom d‘une plante, sa classification, l’utilité de tel ou tel organe, ses propriétés, ses particularités.

Pour les insectes, lorsqu’on les avait bien examinés, on leur rendait la liberté, dont les papillons, surtout, n’étaient guère à même de profiter après tant de manipulations, leurs ailes légères ayant subi trop d’avaries pour pouvoir leur être de quelque utilité.

C’était la grande recommandation de Solidaria de ne prendre que ceux dont on avait absolument besoin, et de déployer pour les attraper, la plus grande adresse, afin de ne pas leur froisser les ailes.

Enfin quand tout le monde fut reposé, on se remit en route. Mais on avait assez d’her-