Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


aussi critique. Ou bien encore on est très actionné à une émouvante partie de cache-cache avec ses camarades ; la mère est très mal venue de vous déranger pour vous envoyer chercher deux sous de sel, ou vous faire remonter pour laver la vaisselle. Aussi, il arrivait à Nono de ne pas exécuter toujours promptement les ordres reçus, et de se les faire répéter bien des fois, avant de les exécuter, non sans murmurer et traîner fortement ses pieds à terre en signe de mécontentement. C'est que, hélas ! il n'y a personne de parfait, et les bons petits enfants — comme les parents sans défauts du reste — n'existent que dans les livres qu'on leur fait lire pour leur apprendre à être bien sages.

Il arrive aussi quelquefois, à notre jeune héros, de se battre avec son grand frère Alexandre — qu'on est habitué d'appeler Titi — et avec sa sœur Cendrine. Son frère Titi est beaucoup plus âgé que lui, mais n'a guère plus de raison ; aussi, il leur arrive de se disputer comme deux chiffonniers.

Cendrine n'est que d'un an plus âgée que