Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de commencer un travail qui avait amené de longues discussions dans la colonie.

Il s’agissait d’un pont à construire sur un ruisseau qui traversait un des bois proche d’Autonomie. Les uns voulaient le construire en face de la route menant au palais, les autres voulaient l‘élever en face d’un sentier menant derrière les serres.

Il faut ajouter aussi qu'ils n’étaient pas tout à fait d’accord sur la façon de le construire ; les uns le voulaient d’une façon, les autres d’une autre.

La discussion durait depuis que Nono était arrivé à Autonomie. C’était la veille de la promenade seulement que Liberta avait suggéré un moyen d‘en terminer.

Les deux opinions avaient leurs raisons d’être. Les deux ponts pouvaient être utiles aux endroits où l‘on voulait les élever. Pourquoi, au lieu de perdre leur temps en discussions, les deux camps ne s’entendraient-ils pas pour en construire chacun un à la place qu‘il désirait, et sur les plans qui leur convenaient ?