Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Une fois d’accord là-dessus, il leur serait facile de s'entendre pour s’aider mutuellement dans le gros œuvre qui demanderait le concours de tous.

L’idée de Liberta fut accueillie avec enthousiasme, et il avait été décidé que chaque groupe travaillerait à son projet, quitte à s’aider mutuellement lorsque l’importance des travaux l’exigerait.

C’était ce matin que l’on devait commencer les terrassements, faire les premiers travaux nécessités par l’établissement des caissons pour la construction des piles.

Nono travailla quelque temps, mais sa migraine ne l’ayant pas quitté, il avertit ses amis qu’il prenait un peu de repos, et se dirigea vers un châtaignier qui se trouvait à quelque distance d’où l’on travaillait, espérant y faire un petit somme qui le soulagerait.

Étendu sous le châtaignier, il réfléchissait à son aventure de la veille, à ses parents, à son rêve de la nuit, lorsque son attention fut attirée