Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVI


UNE PROMENADE DANS MONNAÏA



De loin, la ville lui avait semblé magnifique ; mais, maintenant, à droite, à gauche, il voyait des ruelles étroites, ténébreuses, bordées de bicoques branlantes, suant la misère et la saleté, et qui contrastaient avec la route qu’il suivait, belle, large et plantée d’arbres.

Cependant, en avançant, ces ruelles misérables faisaient peu à peu place à des rues plus larges, plus aérées, bâties de maisons