Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mie était moins cruelle. Ils rappelaient à Nono les bouledogues qu’il avait, plus d’une fois, aperçus dans des voitures de bouchers.

Il y avait bien d’autres variétés encore, mais il avait hâte de pénétrer dans l’intérieur de la ville, et ce fut d’un pas délibéré qu’il s’engagea sur la large route qui y menait.