Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chez le chacal qui avait procédé à son interrogatoire.

Lorsque Nono fut casé dans son coin, un être à physionomie de corbeau, faisant les fonctions d’huissier, glapit d’une voix de crécelle : La Cour !

Et aussitôt, sur l’estrade, parurent quatre messieurs dont trois habillés de robes noires, le quatrième d’une robe rouge, coiffés de bonnets carrés, avec de larges galons d‘or.

L’habillé de rouge qui ressemblait à un vautour prit place à la petite tribune près des notables. Les trois noirs qui ressemblaient l‘un à un épervier, un autre à un émouchet, le troisième à une buse, allèrent s’asseoir derrière ce que Nono avait pris pour un comptoir.

L’être à physionomie de bousier qui se trouvait dans la tribune près de l’accusé, se leva avec une poignée de feuilles de papier à la main, et commença la lecture de ce qui y était écrit. C’était l’acte d’accusation contre Nono.

Puis quand ce fut fait, celui qui était au milieu du comptoir procéda à l’interrogatoire de l’ac-