Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


risation. Ils retrouveraient Solidaria, à un point de la frontière qu’elle leur désigna. Là, elle se chargeait de les faire pénétrer en Argyrocratie sans qu’ils eussent crainte d’être découverts.

Au jour fixé, Hans et Mab furent donc réveillés de bonne heure. Munis de tout ce que la prévoyance de leurs amis s’ingéniait à leur fournir sans trop les charger, ils firent leurs adieux à tous et descendirent le perron du palais.

Mais au moment où ils allaient quitter l’esplanade, un joli petit cochon, tout rose, accourut de toute la vitesse de ses petites pattes, agitant sa queue en tire-bouchon, poussant de petits grognements qui avaient l’air d’être des reproches.

Ce petit cochon était le favori du groupe dont faisait partie Nono ; lui-même l’avait en grande prédilection, lui ayant appris à danser et à faire quelques tours.

Mab l’embrassa sur son joli groin rose, lui disant :