Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Un soir, tout émue, l’hirondelle vint leur dire qu‘en passant dans un quartier populeux son attention avait été attirée par un enfant qui tenait un accordéon qui jouait, seul, les airs qu'elle leur avait entendu souvent jouer.

Nos deux amis se rappelèrent l’accordéon dont Riri avait fait présent à Nono. Au signalement donné par l’hirondelle, ils ne reconnurent pas leur camarade. Peut-être leur ami avait-il passé par là ? Ce ne pouvait être que son jouet.

Ils se firent expliquer la situation de la rue, embrassèrent l‘hirondelle pour sa bonne nouvelle, se promettant d`aller le lendemain visiter le quartier que leur avait désigné la gentille messagère.

En débutant, ils avaient bien pensé, afin de doubler leurs chances, à parcourir la ville chacun de son côté. Mais Mab s‘était effrayée de courir seule les rues d’un si vilain pays et avait demandé à Hans de ne pas la quitter. Comme celui-ci, de son côté, lorsqu’il avait la présence de Mab, se sentait plus d‘assurance,