Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faisaient mettre en prison n‘étaient pas bien intéressants. Ils n’avaient qu’à faire comme tout le monde, à obéir et à travailler. Les maîtres ne pouvaient ordonner que des choses justes. Et lui obéissait à ses maîtres.

D’un air indifférent, Hans lui demanda s’il n’y avait pas en ce moment, dans les cachots du palais, quelque prisonnier intéressant, et si on pouvait le voir ?

Et le geôlier, qui était bavard, leur détailla la vie des prisonniers. Justement Nono était dans son service, et il n’eut garde de l’oublier dans son récit, son affaire ayant fait, à son moment, assez de bruit. Il promit à ses visiteurs de le leur faire voir par un petit judas percé dans la porte de chaque cachot.

Puis, se levant, il prit un trousseau de clefs et les engagea à le suivre, s’ils voulaient visiter avec lui la prison.

Il les conduisit d’abord dans quelques cachots inoccupés, puis en différentes salles plus sombres les unes que les autres, jusqu’à ce qu’ils arrivèrent dans une qui était garnie d’armoires.