Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— C’est là-dedans, fit-il en désignant les armoires, que l'on enferme les instruments de torture.

— Comment, de torture ? fit l’Insoumis, mais elle est abolie.

Une centaine d’années auparavant, en effet, les Argyrocratiens avaient fait une révolution où l’on avait aboli la torture.

Mais le geôlier leur expliqua que l’ingéniosité des conseillers au Parlement n'avait pas tardé à inventer des instruments nouveaux qui faisaient souffrir autant le prisonnier, avec l’avantage de ne pas laisser trace de blessure.

Ouvrant une armoire, il leur fit d‘abord voir la prévention qui enlevait le prévenu de sa famille, de son milieu et qui, compliquée de la mise au secret, le faisait passer par toutes les phases de l’angoisse et de l’inquiétude.

Il y avait ensuite l’instruction secrète, les fausses dépositions, et infinité d‘autres instruments qui garnissaient les armoires. On parlait d’empêcher les juges de se servir de l’instruction secrète, mais ceux-ci n’avaient que l’em-