Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il était près de minuit lorsqu‘ils arrivèrent près de l’esplanade où les attendait l’Insoumis. Il faisait un clair de lune magnifique. Cela gênait bien un peu nos conspirateurs, mais cela permit à Hans de distinguer la lucarne du cachot de Nono, en grimpant à un haut eucalyptus, et de la désigner à l’Hirondelle en lui remettant la lime qu’elle devait lui porter avec un mot d’avertissement.

Mais le fenêtre était fermée. Il s'agissait d'attirer l’attention du prisonnier, de lui donner l’idée de l’ouvrir ; elle se trouvait au-dessus de sa tête, dans le mur où il était enchaîné. Hans et Mab eurent l’inspiration de chanter une improvisation sur un de ses airs favoris.

Toujours par précaution, ils étaient sortis avec leurs instruments, poussant la conscience, en venant, jusqu’à aller jouer en quelques établissements sur leur chemin.

Assourdissant leurs voix, accordant leurs instruments dans le ton mineur, pour que leur chant allât jusqu'aux oreilles de Nono sans trop éveiller l’attention des sentinelles, ne leur