Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


soins de la ruche l'exigent, quelques-unes des habitantes peuvent même changer de fonction, mais sans que personne l'ordonne, seulement parce qu'elles sentent que c'est le salut général qui l'exige.

Quant à moi, je ne suis pas une reine, mais simplement une mère, chargée de fournir les œufs qui donneront des travailleuses à notre République, de futures mères pour les essaims nouveaux ; et si les autres abeilles me choient, me soignent, me dorlotent, c'est tout simplement parce que j'accomplis un travail qu'elles ne peuvent faire n'ayant pas de sexe, et que son accomplissement m'empêche de m'occuper de toute autre besogne. Admets que je sois une mère Gigogne, mais de reine, nous ne connaissons pas cela ici. »

Nono écoutait, ébahi, cette petite leçon d'histoire naturelle, qui renversait toutes ses notions acquises. Mais au fond, comme il était tant soit peu espiègle, et gardait un petit grain de rancune contre son professeur qui l'avait quelques fois réprimandé ou puni à tort, il se