Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V


LA GOURMANDISE PUNIE


Le château vers lequel s’étaient dirigés les enfants s’élevait sur une large esplanade bien sablée, coupée de vastes pelouses, dont quelques-unes étaient plantées d’arbres.

Sous ces arbres, ceux des enfants qui n’avaient pas été employés à la récolte des fruits, ou à la traite des vaches, avaient dressé de grandes tables carrées, que, ce soir là, en l’honneur du nouveau venu, on avait ajoutées