Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faite de son repas dans le bois ayant éveillé leur curiosité.

Quand tout le monde fut rassasié, l'on se mit à desservir les tables, rapportant les nappes à la lingerie, la vaisselle à la cuisine, où des machines inventées par Labor, lavaient et essuyaient plats et assiettes, que l'on n’avait plus ensuite qu‘à ranger dans les buffets qui ornaient la cuisine, située en un bâtiment un peu éloigné du château, caché par un rideau d’arbres, d’arbustes et de fleurs ; les tables et les sièges furent rangés sous des hangars y attenant.

Lorsque tout fut en ordre, les enfants se répandirent dans le jardin, discutant des jeux auxquels ils allaient se divertir. La plupart des filles voulaient jouer à la maman ou à la maîtresse d'école, vagues réminiscences de leurs jeux avant l’arrivée à Autonomie, les garçons à saute-mouton, à chat perché ; et après avoir bien discuté, tous finirent par s’organiser en groupes d’après leurs préférences.