Page:Grillet - Les ancêtres du violon et du violoncelle, 1901,T1.djvu/153

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Fragment d’un char - T1p113.png
fragment d’un char
Triomphe de Maximilien, par Albert Dürer (xvie siècle).



LA ROTE

I


De tous les instruments de musique du Moyen Age, la rote est celui qui a le plus exercé la sagacité des archéologues et des musicographes. De nombreuses lances ont été rompues en son honneur, et les polémiques, à son sujet, ne sont peut-être pas encore près de finir.

Croyant que le mot rote venait de rota, roue, ou de rotare, tourner la roue, Roquefort[1], E. de la Bédollière[2], et avec eux quantité d’auteurs, disent que c’était là le nom de la vielle à roue. Or, celle-ci s’appelait alors : symphonie, cifonie, ou chifonie.

Bottée de Toulmont fut le premier à signaler cette erreur, et à déclarer que la rote des trouvères et des ménes-

  1. Roquefort. Glossaire.
  2. E. de la Bédollière. Mœurs et vie privée des François.