Page:Grimarest La Vie de Molière (1705).djvu/3

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


niveau intellectuel auquel la masse de la nation aspire, et que le très-petit nombre croit utile ou même possible de dépasser. Et c’est pour cela qu’entre ses diverses biographies, sans en excepter celle de Taschereau, d’un si louable effort, mais déjà de trop d’étendue et de surcharge, celle-ci, avec des rectif‍ications en forme de notes, serait à maintenir dans les éditions destinées au public ascendant, au grand public.

Sa valeur et son intérêt persistent surtout dans la partie anecdotique qui fut, à sa date, au moins une nouveauté. On n’avait encore vu traiter de la sorte, avec ce soin, cette complaisance, cette insistance apologétique, que des princes ou des religieux, des chefs ou des pasteurs de peuples, des personnages d’institution et d’ordre divins. Le récit de la vie de ce génie si profondément humain, rien de plus qu’humain, qui dans ses actions privées faisait sans cesse honneur