Page:Groulx - L'appel de la race, 1923.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
189
À LA RECHERCHE DU DEVOIR

entraîné peu à peu par le besoin de se fortifier dans son mouvement de recul, il a fait accueil aux théories du beau-frère. Oh ! sans doute, il a eu soin de les désinfecter du « Duffinisme » ; du moins il s’en flatte. Mais le fond de la doctrine y est bel et bien et c’est elle qui tient l’esprit du gentilhomme.

Un jour, à la Chambre, un jeune député ontarien très proche du ministère, esprit modéré et bon camarade, est venu s’asseoir près de Lantagnac.

— Ainsi donc, a-t-il dit, vous serez, vous aussi, de cette manifestation ?

— Ne serait-ce pas mon droit et même mon devoir ? lui a répondu le député de Russell,

— Tout cela, c’est grand dommage, a repris l’Ontarien, branlant la tête, d’un air fort contrarié. Et il a ajouté avec une grande apparence de sincérité :

— Vous voulez ennuyer le ministère ? Pour cela vous réussirez. Mais aussi, me permettez-vous de le dire ? ce fracas ne fera de bien ni à votre cause ni au pays. Vous ne savez pas jusqu’à quel point, mon cher collègue, vos amis vont paralyser les efforts sincères des hommes de paix.

Là-dessus le jeune député s’était esquivé, laissant Lantagnac à ses réflexions. — Vient-il de lui-même, celui-là ? Est-il sincère ? ou est-ce encore un envoyé interlope du ministère ? s’était demandé le député de Russell.