Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATRIÈME VOLUME 1920-1928 195 Et ce lui est une occasion de me raconter quelques-unes des prouesses de l’idole, en particulier dans sa récente élection. Et je vois se dresser la silhouette d’un Bourassa, ne retrouvant tou¬ te sa force, toute sa verve que devant un adversaire à pourfen¬ dre, une thèse à démolir, une injustice, un droit à venger: su¬ perbe d’indignation, de véhémence, terrible dans la riposte, lutteur tenace, véritable dompteur de foule. Je me suis toujours deman¬ dé pourquoi Héroux n’a pas écrit les mémoires de Bourassa. Il connaissait l’histoire de l’homme plus et mieux que celui-ci ne la connaissait lui-même. Et, sans doute, ces mémoires, ou encore une biographie de Bourassa, Héroux les eût-il écrits, si, trop jour¬ naliste, il n’avait tant pris le pli du métier, je veux dire, l’habi¬ tude d’éparpiller son effort au jour le jour, de renfermer sa pensée dans le cadre étroit de l’article du journal, pour aboutir enfin à l’impuissance à forger un livre, sinon même un article de revue. Fondation du Devoir A l’été de 1909, je rentre au Canada. Le mouvement natio¬ naliste va toujours de l’avant. Dans quelques mois, ce sera la fondation du Devoir, et dans quelques autres mois, ce sera le discours de Notre-Dame. La fondation du Devoir prend pour nous les proportions d’un événement historique. Bourassa a fait brèche dans les rangs des partisans politiques; Le Devoir fera brèche dans la presse servile. De journaux indépendants, mettant au-dessus de tout les intérêts de la nationalité et de l’Eglise, nous ne possédons alors, au Canada français, que La Vérité, l’hebdo¬ madaire de Tardivel \ et L’Action sociale catholique de Québec, de fondation toute récente. Mais Tardivel est mort. Et L’Action sociale catholique est un peu gênée, entravée, par son caractère de journal officieux de l’archevêché de Québec. Le Devoir s’an¬ nonce comme un journal totalement indépendant, d’inspiration catholique, mais journal de laïcs, capable de garder en tous domaines ses franches coudées. Et il aura, pour directeur, l’in¬ 4. Jules-Paul Tardivel, voir la note 34 du premier volume.