Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


228 MES MÉMOIRES En outre, à la même époque, j’entre en relations suivies avec deux sœurs d’Henri Bourassa, Mlles Augustine et Adine: deux demoi¬ selles d’âge avancé, fort originales, et comme il va de soi, d’opi¬ nions fort opposées. Mlle Adine a le culte de son père: Napoléon Bourassa, dont elle publiera un volume de lettres. Mlle Augustine professe, quant à elle ai-je déjà dit, une dévotion sans mesure pour le grand-père maternel *. Elle n’admet pas facilement l’incré¬ dulité de Louis-Joseph Papineau. A l’en croire, c’était l’homme le plus religieux du monde — ce qui était un peu vrai — et Pa¬ pineau se serait converti à la foi de son enfance, si Mme Papi¬ neau, une bigote, ne l’avait ennuyé, achalé, comme elle dit, sur l’article de la religion. Les deux demoiselles Bourassa me visitent régulièrement, en se cachant toutefois l’une de l’autre. Mes re¬ cherches et mes travaux sur Papineau les intéressent. Elles sont à l’affût de tout renseignement sur leur famille. Ceci dit, je reviens à mon sujet. Dans le bureau de M. Hé- roux, en ce jour de janvier 1929, un jet de lumière, ai-je dit, me traverse l’esprit. Dans la famille Papineau-Bourassa, j’aperçois ce qui me paraît bien, non point, sans doute, une tare mentale, mais une singulière diathèse: la grand-maman Papineau réputée bigote, femme, en tout cas, d’une excessive émotivité, facilement désemparée devant les épreuves familiales, même capable de « rê¬ ves lugubres »; puis sa fille, Azélie Papineau, mère de Bourassa, sujette à des accès de scrupules religieux; une fille d’Azélie, Mlle Adine, scrupuleuse dûment classée et qui elle-même ne fait pas mystère de son mal. Mais surtout, un autre cas me vient à l’esprit, cas tragique celui-là: celui de Lactance Papineau, frère d’Azélie. Louis-Joseph Papineau, comme l’on sait, avait trois fils: Amédée 32, Lactance33, Gustave34. L’aîné, intelligent, mais déséquilibré. « Fils de la liberté », il a laissé un journal des événements de 1837. Plus tard, il apostasiera, par acte officiel, pour ne pas payer

  • Voir page 74 de ce tome.

32. Amédée Papineau (1819-1903), avocat; protonotaire de Mont¬ réal (1844-1875); seigneur de Montebello (1871); fondateur des «Fils de la liberté » (1837). 33. Voir «Fils de grand homme», par Lionel Groulx, RHAF, X: 310-332. 34. Gustave Papineau (1830-1851), rédacteur à L'Avenir, à dix-sept ans.