Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATRIÈME VOLUME 1920-1928 229 sa dîme à son curé et il se rangera parmi les ouailles de l’apostat Chiniquy. Un soir, au presbytère du Mile End, Bourassa en vient à évoquer la résistance de son grand-père Papineau à la prise d’armes de ’37. La preuve de cette résistance, dit-il, c’est que mon oncle Amédée ne perdait jamais une occasion de la lui reprocher. « Quand on a mené un peuple à cette extrémité, disait- il, il y a devoir de le suivre. » — Mais il faudrait produire le témoignage d’Amédée Papi¬ neau, s’avise de dire quelqu’un. — Ah ! répond Bourassa, de son rire sarcastique, c’est que l’oncle Amédée n’est pas montrable ! Gustave, le cadet, paraît avoir été l’homme de talent de la famille. Type séduisant, passionnément épris de son pays, ayant toutes les manières du gentilhomme, aimé de tous ceux qui l’ap¬ prochent. Pendant l’exil de son père à Paris, il a, là-bas, malgré sa jeunesse, magnifiquement profité de son séjour. Tout jeune, il tient l’un des premiers rôles au journal L’Avenir; il appar¬ tient à cette brillante phalange de jeunes hommes qui, vers 1844, part d’un pied si leste pour une entreprise de renaissance na¬ tionale. Gustave s’éteint précocement, — il n’avait pas encore 21 ans, — miné par un rhumatisme chronique, compliqué de trou¬ bles cardiaques: maladie qui avait failli l’emporter dès le collè¬ ge- Le cas Lactance Papineau Reste Lactance, le deuxième fils de Papineau, le moins con¬ nu, le plus énigmatique des trois. Figure à la fois prenante et étrange. Lui aussi a suivi son père en exil. Il est né le 4 février 1822. Au physique plutôt grêle, petit, châtain aux yeux pâles, nous dit-on. D’autre part, ce nerveux a quelque chose de fin, de séduisant, comme tous les êtres promis à un destin tragique. Sa mère voit en lui « le plus heureusement doué de tous ses enfants ». A neuf ans, dans une gentille petite lettre écrite à son père (3 février 1831), il lui apprend qu’ « au Basar (sic) » il s’est