Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATRIÈME VOLUME 1920-1928 327 Quel besoin n’a pas la jeunesse de grandir dans la connais¬ sance du passé I Nous ne sommes point des bâtisseurs sur terre . rase, mais les continuateurs d’un édifice commencé. Ouvriers d’une relève, il nous faut savoir à quels labeurs accorder le nôtre, quelle pensée maîtresse a guidé les vieux architectes. Dans le même numéro de la revue, le président de la Société historique de Montréal, M. Victor Morin10B, donne quelques ren¬ seignements sur la « Semaine »; il y insère la liste des principaux semainiers, professeurs et conférenciers. Aux séances d’étude de l’avant-midi et de l’après-midi, s’ajouteront les séances d’apparat du soir. Pour celles-ci, quelques-uns des plus grands noms de la vie politique et religieuse ont été mobilisés. La « Semaine » s’ou- vre. En dépit de quelques sceptiques, tout de suite, des foules en¬ vahissent la salle académique de la Bibliothèque Saint-Sulpice, alors le rendez-vous des manifestations intellectuelles. On m’a désigné pour une conférence du soir. J’ai pris pour sujet: « L’his¬ toire et la vie nationale ». Pour des raisons que je donnerai tout à l’heure, ma conférence n’apparaît point dans le volume-sou¬ venir. Je l’ai reproduite dans Dix ans d’Action française. Je re¬ viens, comme bien l’on pense, sur le rôle de l’histoire dans la rie nationale. D’où rient, à une nation, me suis-je demandé, son principe vital ? Point de la discipline religieuse, pour importante qu’en soit la fonction; point non plus de l’Etat, ni de quelque sourd instinct, ni de certaines énergies morales des institutions, mais bien plutôt de ce que j’appelle « un idéal organisateur », entendons les raisons de vivre d’un groupe humain: foi en son être, foi en sa civilisation. Idéal, principe de rie, dont les Ca¬ nadiens auraient pris conscience après 1760. Mais cet idéal, en quelle formule le définir ? Ne subit-il aucun obscurcissement, aucune évolution ? Il va se clarifiant, se fortifiant jusqu’en 1840. Il s’éclaire, se redresse après la crise. H s’abat de nouveau après 1867. Retombée de la rie nationale que je décris par une analogie passablement grandiloquente: 105.\tVictor Morin (1865-1966), notaire; écrivain; professeur à la Faculté de droit de l’Université de Montréal pendant trente ans; échevin de Montréal (1910); président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Mont¬ réal (1915-1924); président de la Société historique de Montréal (1916¬ 1928); président de la Société Royale (1938).