Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


326 MES MÉMOIRES ... il convient de rappeler ici tout d’abord quel a été le premier initiateur de la Semaine d’Histoire du Canada. Plusieurs ont nommé déjà M. l’abbé Lionel Groulx. C’est lui en effet qui le premier a saisi notre société de cet intéressant projet, à l’une des séances du conseil de la Société historique de Mont¬ réal, au cours de janvier 1925, et, du premier coup, il l’avait si bien mûri que nous n’avons eu ensuite presque rien à chan¬ ger à l’exécution du programme judicieusement élaboré qu’il nous soumettait en même temps. En effet, bien incapable de mettre en branle, sans aide, une si vaste entreprise, je suis allé confier le projet à la Société histori¬ que de Montréal. Elle me paraît l’organisme tout désigné pour organiser la « Semaine ». On me confie la présidence du Comité ou de la Commission préparatoire; Aegidius Fauteux, alors con¬ servateur de la Bibliothèque Saint-Sulpice, en accepte le secré¬ tariat et devient la cheville ouvrière de toute l’organisation. L’Action française fournit, de la meilleure grâce, sa publicité. Une première annonce du projet apparaît dans le vol. XII (déc. 1924) de la revue: En cette même année 1925, vers la fin d’octobre, croyons-nous, la Semaine de l’histoire du Canada tiendra à Montréal sa première session. La Société historique de Montréal a fait le plus enthousiaste accueil à l’idée de l’abbé Groulx, et elle fera sûrement de sa Semaine le grand événement intellectuel du prochain automne. D’autres notules suivront. La « Semaine », nous apprend-on, « sera, en quelque sorte, la glorification de notre histoire, mais aussi une manifestation pratique pour une étude plus ardente et plus soigneuse du passé » (L’Action française, XIV: 186). En octobre 1925, la revue consacre son mot d’ordre à la « Semaine de l’histoire nationale ». La date est fixée. Je définis plus exac¬ tement la fin de la manifestation: « faire une glorification du pas¬ sé, montrer la grandeur et la fécondité de l’histoire, son rôle dans la vie nationale, en susciter un meilleur enseignement, battre la voie devant les chercheurs ». Je propose même que la « grande semaine » ait ses « lointains échos ». Pourquoi n’en pas organi¬ ser des répliques, des miniatures dans nos maisons d’enseigne¬ ment ?