Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATRIÈME VOLUME 1920-1928 365 seules, jusqu’ici, nous ont amené de l’eau au moulin, mais encore avec combien de grumes dans le courant ! Ce qu’il y en a de collées de nos publications, c’est effrayant ! Il m’a fallu en faire l’inventaire pour m’en rendre compte. Le bon docteur me faisait de là l’apologie de ses futurs projets, me confiait les espérances qu’il y fondait, réfutait les objections des dissidents, et il enchaînait: Quand au premier étage existera le salon de l’Action française, le bureau du directeur permanent et de ses secrétaires tout dé¬ voués aux œuvres, quelle objection y a-t-il à ce qu’au rez-de- chaussée l’on édite, l’on imprime, l’on relie et l’on vende toutes les bonnes productions du verbe français, y compris le livre pieux, les almanachs, les cartes postales, et de crainte de vous scandaliser, je n’ajoute pas les bibelots, et la camelote de bon aloi... Je veux le nerf de la guerre pour vous permettre à vous et à tous les vaillants soldats du verbe et de la plume de batailler à l’aise, sans souci des nécessités du lendemain. Je ne suis plus bon qu’à penser au pain. A défaut de Mécène, il en faut de ces êtres pratiques pour combler les trouées au trésor des œuvres. Laissez-moi quelque temps encore à ce rôle qui m’honore infi¬ niment parce qu’il me tient au contact de ceux que j’estime les meilleurs amis de la race, de la religion et de la patrie. Ah I Ma vieille éloquence de husting ! A l’appui de sa thèse, le docteur invoquait l’exemple des grandes communautés religieuses: Clercs de Saint-Viateur, Frères des Ecoles chrétiennes, Franciscains, Jésuites, Sœurs Grises, qui tous et toutes s’étaient donné des œuvres d’imprimerie et autres pour étayer leurs entreprises spirituelles. Suivaient ces quelques observations: Je ne suis pas prêt à me faire brasseur, ni traversier, ni express Baillargeon, ni même cocher de place pour soutenir la Ligue, mais il faut que la Ligue entreprenne quelque chose de payant... ou qu’elle meure ! Je retranche ces mots [mots aussi biffés dans la lettre] qui rappellent trop ceux de Perrault ! De même que vous avez senti le besoin de définir une fois pour toutes notre doctri¬ ne et de l’encadrer dans des formules lapidaires qui résisteront à l’épreuve du temps, de même il me paraît opportun de détermi¬ ner dans quelles voies s’exercera notre activité pratique pour que vivent la Ligue et ses œuvres.