Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/385

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATRIÈME VOLUME 1920-1928 377 le nouveau propriétaire respecte scrupuleusement la liberté de la revue. Un jour toutefois le Père Papin Archambault apporte un article qui, au jugement d’Albert Lévesque, peut déplaire à l’un de ses clients ou de ses annonceurs, je ne sais plus. Lévesque, esprit absolu, anguleux, cassant, oppose son veto à la publica¬ tion dudit article. Aussitôt grand émoi parmi les directeurs de la Ligue. L’indépendance de la revue est en jeu. L’ami Perrault n’est pas le moins indigné. Réunion d’urgence où l’on décide une dé¬ mission générale. Ceci se passe en octobre 1928. On trouvera l’essentiel de ces faits dans le XXe volume de la revue (398-401). La Ligue d’Action canadienne-française subsiste. Elle déclare ne plus continuer la publication de la revue ni de l’almanach. Le motif de cette décision, invoqué par Anatole Vanier, ce serait mon départ de la direction de L’Action canadienne-française. Inu¬ tile de le dire, là n’est pas le motif véritable. Il s’agit de ménager Albert Lévesque et d’étouffer l’incident, le plus élégamment pos¬ sible. Dans une mise au point d’environ deux pages, intitulée: « Vers l’avenir », Lévesque rappelle la récente décision de la Li¬ gue, rend hommage à ses directeurs, se rend hommage à soi-même pour ses trois ans d’effort, puis se pose ces quelques questions sur l’avenir de la revue et de toute l’œuvre: Cette œuvre transcendante trouvera-t-elle aujourd’hui la géné¬ ration de militants préparée et décidée à la prolonger ? Ou bien est-elle destinée à disparaître à l’heure même où les intérêts supérieurs de notre peuple en réclament les services urgents ? Lévesque prie qu’on réfléchisse. Fin de la revue L’Action française ne reparut plus. Pour n’avoir pas mis de¬ vant le public les motifs véritables de notre décision, motifs qui nous avaient pourtant semblé impérieux, certains de nos amis ju¬ gèrent sévèrement les démissionnaires. Harry Bernard 12fl, comme tant d’autres, peu ou mal renseigné et d’un seul côté, m’écrivait le 3 janvier 1929: 129. Harry Bernard, voir la note 93 du troisième volume.