Page:Guèvremont - Le survenant, 1945.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
LE SURVENANT

Mais ta bouche rose et charmante
En parle beaucoup mieux que moi.
En abordant ce doux langage
Combien je me sens tressaillir !
Car de mon cœur qui n’est pas sage
Le feu tout d’un coup peut jaillir.

Quand il eut fini, il dit :

— Excusez-la. J’ai vu l’heure où c’est que j’en viendrais pas à bout.

La femme du maire, Laure Provençal, scandalisée, se pencha vers sa voisine :

— Pour un veuf, il est joliment prime. La pauvre Mathilde ! Ça valait ben la peine de mourir : être si peu regrettée…

Mais les autres étaient noirs de rire. Ils se donnaient de grandes claques sur les cuisses pour mieux manifester leur joie. On se serait cru au temps des fêtes ou des jours gras. Seule Phonsine toute jongleuse semblait la proie d’une grave occupation. Au bout de quelques instants, elle alla consulter Laure Provençal, tant en sa qualité de mairesse que de première voisine :

— Ça serait-il mal agir que de passer une ronde de vin de pissenlit ?

Pour mieux réfléchir, la grande Laure Provençal pinça les lèvres, croisa les bras et accéléra le balan-